ACCOMPAGNER SOCIALEMENT, DES EXEMPLES PRATIQUES

POLITIQUE D’ENCADREMENT DES TÉMOIGNAGES (MIELS-QUÉBEC)

 

Les témoignages des personnes vivant avec le VIH/sida sont des activités de prévention privilégiées à MIELS-Québec, car ils permettent de livrer une information pertinente concernant le vécu des PVVIH et/ ou de leurs proches, contribuant ainsi à développer chez la population une perception plus réaliste et positive de cette réalité.

Les témoignages permettent également de transmettre des messages de prévention adaptés à la clientèle, qui dépassent la simple transmission de connaissances liées au VIH/ sida. Selon le vécu du témoignant, le message de prévention sera donc encadré d’autres problématiques comme la violence, l’usage de drogues, les relations amoureuses, les relations avec les autres, l’homosexualité, les préjugés, etc.

Depuis 1994, les témoignages sont promus par MIELS-Québec, et font l’objet d’un certain encadrement (formulaires de demandes, d’évaluations, attribution équitable). Ce document vise donc à :

  • clarifier l’encadrement des témoignages,
  • uniformiser les perceptions des témoignants vis-à-vis leurs rôles.
    • Tout organisme ou groupe peut bénéficier d’une activité de témoignage sur le territoire desservi par MIELS-Québec. Une demande provenant d’un organisme situé à l’extérieur du territoire de MIELS pourra être acceptée si un témoignant démontre l’intérêt d’y aller. Les modalités entourant la réception de la demande d’un organisme sont abordées plus loin.

      Listes des types d’organismes à cibler :

      • Écoles
      • Commissions scolaires
      • Organismes communautaires
      • Maisons de thérapies
      • Milieu carcéral
      • Maison de Jeunes
      • Université et Cégeps
      • Paroisses, congrégations religieuses, foyers de personnes âgées
    • La coordination des liaisons avec les communautés (ou toute personne désignée : bénévole, stagiaire), est responsable de :

      • animer le groupe de témoignants
      • recevoir les demandes et conserver les formulaires,
      • attribuer les témoignages en assurant une juste attribution
      • supporter et encadrer
      • les témoignants dans la réalisation de leurs mandats
      • recevoir et compiler les évaluations, et assurer un suivi auprès des témoignants
      • faciliter le respect, la révision et la vérification de la présente politique
      • voir à la promotion et au développement de l’activité témoignage
      • prévoir, avec le comité, des dates et lieux de réunion.
    • Toute personne vivant avec le VIH/sida, membre de MIELS-Québec et âgée de 18 ans et plus, désireuse de s’impliquer dans le comité de témoignants doit en faire la demande à la coordination.

      Un comité d’au moins 5 témoignants devrait être maintenu pour assurer la diffusion de témoignages. Ce comité est idéalement formé de diverses personnes dont les profils présentent des caractéristiques similaires aux clientèles à risque :

      • gais
      • ex-utilisateurs/trices de drogues injectables/toxicomanie
      • femmes
      • jeunes
      • ex-détenus, violence, comportements extrêmes, prostitution, tentatives de suicide.

      La création du comité de témoignants vise principalement à unir les
      efforts de ses membres pour faire la promotion de l’activité de témoignage de MIELS-Québec. Chaque membre de ce comité s’engage donc envers les autres membres à :

      • s’investir dans le comité en participant à la promotion des témoignages ;
      • à faire une promotion commune des témoignages, au nom de MIELS-Québec ;
      • à ne pas faire une promotion parallèle et personnelle de ses propres témoignages ;
      • à respecter les contacts que chacun des membres possède déjà ;
      • à être présent aux réunions ; les absences motivées seront acceptées, mais le comité peut remettre en question la place d’un membre absent sans justification plus de 3 fois.

      De plus, seul un membre de ce comité pourra faire des témoignages au nom de MIELS-Québec.

    • Toute demande de témoignage faite à MIELS-Québec est acheminée à la coordination des liaisons avec les communautés (ou à toute autre personne désignée, comme un/e bénévole, un/e stagiaire), qui remplit alors le formulaire de demandede témoignage. Ce formulaire doit comprendre les coordonnées complètes du demandeur, une description de la clientèle et de la problématique observée s’il y en a une, l’objectif poursuivi par la personne responsable de l’activité ainsi que la date du témoignage demandé.Lors de sa requête, le demandeur est avisé par la coordination du coût de 50 $ pour le témoignage. Le témoignant est également libre d’accepter defaire un témoignage gratuit. Modalités d’attributionAutant que possible, la coordination tente de jumeler un témoignant qui ressemble à la clientèle du demandeur, tout en respectant une juste attribution parmi les témoignants. Le tour de rôle sera alloué sur la base de l’argent gagné par le témoignant et non sur le nombre de témoignages (afin qu’un témoignant qui accepte de donner un témoignage gratuit ne perde pas son tour).
    • Le contenu précis des témoignages est laissé à la discrétion des témoignants, qui peuvent l’adapter selon la clientèle, le temps qui leur est alloué, ou selon leurs réflexions au moment du témoignage.

      Cependant, l’activité de témoignage poursuit certains objectifs, et le témoignant devrait s’assurer de les inclure dans son discours. Ces objectifs sont :

      • dépeindre la réalité des personnes vivant avec le VIH/ sida et/ou de leurs proches (démystification, lutter contre les préjugés, etc.)
      • présenter les comportements à risque et les comportements sécuritaires, les moyens
      • de protection ;
      • présenter les services, les objectifs et les coordonnées de MIELS-Québec.

    • Le principal objectif de l’évaluation est d’encourager le témoignant dans le travail qu’il accomplit au niveau de la prévention. Bien entendu, ces évaluations permettent également de :

      • connaître le nombre de personnes et le type de clientèle touchés par les témoignages
      • assurer la qualité des interventions d’éducation et de prévention mises de l’avant par MIELS-Québec
      • faciliter les ajustements qui peuvent être nécessaires afin de maintenir la qualité des témoignages
      • aider à l’identification des besoins en formation et en recrutement.

      Chacun des témoignages doit être évalué par les responsables des organismes demandeurs, qui doivent remplir le formulaire d’évaluation après avoir consulté les participants. Cette opération est sous la responsabilité des témoignants, qui doivent remettre au responsable de l’activité le formulaire d’évaluation lors de leurs témoignages. Ce formulaire doit être retourné par fax ou par courrier à la coordination qui recueille ces évaluations et en assume le traitement de concert avec les témoignants.

  • Des frais de 50 $ sont exigés à l’organisme demandeur de témoignage. Une facture sera préparée par la coordination pour être remise par le témoignant. La compensation financière sera versée au témoignant sous forme d’un chèque de MIELS-Québec. Dans le cas où une entente serait demandée, en raison d’un nombre de groupes élevé à rencontrer dans un même milieu, les témoignants sont libres d’accepter ou de refuser d’offrir des témoignages pour une compensation réduite ou gratuitement.
  • Une personne qui s’est engagée à faire un témoignage et qui ne peut se présenter la journée convenue, est responsable d’en aviser la coordination des liaisons (ou toute personne désignée : bénévole, stagiaire) au moins 24 heures à l’avance. Le fait de ne pas se présenter entraîne un changement dans la planification de l’horaire de l’organisme, il est donc de mise de l’en aviser dans un délai raisonnable.
Comité des témoignants et Coordination des liaisons avec les communautés. 2010. Politique d’encadrement des témoignages. Québec : Mouvement d’information et d’entraide dans la lutte contre le VIH/sida [MIELS] à Québec.