COPRODUIRE ÉTHIQUEMENT, DES EXEMPLES PRATIQUES

PUBLICATION DES TÉMOIGNAGES DANS LE JOURNAL INFO-SIDACTION (CENTRE DES R.O.S.É.S)

L’ORGANISME

Centre des R.O.S.É.S de l’Abitibi-Témiscamingue
www.centredesroses.org
info@centredesroses.org

PUBLIC CIBLÉ

Les personnes vivant avec le VIH/sida qui fréquentent l’organisme et qui désirent écrire dans le journal.

ÉTAT DU PROJET

En cours. Le journal est publié sur une base trimestrielle et mis en ligne.


    • Les intervenant.e.s peuvent soit solliciter une personne pour qu’elle rédige un témoignage ou elle peut soumettre elle-même un texte, ce qui est plus rare.

      Si une personne témoigne pour la première fois ou que son statut sérologique n’est pas connu publiquement, l’intervenant.e lui conseille d’utiliser un pseudonyme.

    • Certaines personnes nous demandent parfois d’écrire le texte avec elles. Elles ont envie de partager leur histoire, mais elles ont de la difficulté à écrire. Il arrive aussi que l’on fasse une entrevue avec la personne témoin et qu’on la retranscrive. Dans tous les cas, le texte est validé par les personnes témoins.

      Si la personne témoin dit qu’elle aurait écrit les choses différemment, à ce moment-là, on reprend le texte jusqu’à ce qu’elle soit satisfaite.

      Une correction du français est faite. S’il y a des modifications, on vérifie avec l’auteur.e si elles lui conviennent.

      Nous ne refusons aucun texte.

  • AVEC LES PERSONNES TÉMOINS ?

    Quand le contenu d’un texte véhicule des préjugés, on en discute avec l’auteur.e. C’est une forme d’intervention. Il faut aller au fond des choses et s’expliquer.

     

    AVEC LES PROCHES DE LA PERSONNE TÉMOIN ?

    Nous privilégions l’empowerment des personnes, donc nous soutenons la personne vivant avec le VIH, mais c’est à elle de gérer les répercussions pouvant atteindre son entourage.

     

    AU SEIN DE L’ORGANISME ?

    Il est important que les propos du témoignage soient adaptés aux gens, qu’il respecte les objectifs de la rencontre ou le thème du numéro du journal. Par exemple, on évite les messages centrés sur la peur et on cherche des manières plus positives de parler de prévention.

     

    RESPECTER LA DIGNITÉ DE L’INDIVIDU DANS LA DÉMARCHE D’ACCOMPAGNEMENT SOCIAL AU TÉMOIGNAGE C’EST…

    Accepter et respecter le cheminement de la personne témoin. Cela signifie d’accueillir ses émotions, de respecter ses limites et ses besoins en la soutenant et en l’informant tout au long du processus menant au témoignage public.

     

    ENJEU ÉTHIQUES ET DE SOLIDARITÉ

    Chaque témoignage pousse tant la personne qui témoigne que l’organisme à prendre des risques. Il peut y avoir deux côtés à la médaille : l’expérience peut être positive ou négative.

    Ce sont souvent les mêmes personnes qui sont prêtes à faire des témoignages. Nous essayons de recruter de nouvelles personnes, car nous croyons que ça peut leur faire du bien personnellement et être inspirant pour d’autres personnes vivant avec le VIH. C’est aussi un premier pas vers l’utilisation de nos services.