COPRODUIRE ÉTHIQUEMENT, DES EXEMPLES PRATIQUES

ACTIVITÉS DE TÉMOIGNAGES EN ABITIBI-TÉMISCAMINGUE (CENTRE DES R.O.S.É.S.)

L’ORGANISME

Centre des R.O.S.É.S. de l’Abitibi-Témiscamingue
www.centredesroses.org
info@centredesroses.org

PUBLIC CIBLÉ

Les personnes vivant avec le VIH/sida qui désirent vivre une expérience de témoignage.

ÉTAT DU PROJET

En cours.


    • Un.e intervenant.e de l’organisme rencontre la personne afin de l’aider à clarifier ses objectifs et préciser s’il y a des questions qu’elle ne veut pas aborder. L’intervenant.e informe la personne témoin à propos du contexte et des conditions de son témoignage ainsi que sur les risques et conséquences de celui-ci.
    • Un.e intervenant.e de l’organisme est présent.e parce qu’elle anime la partie de l’activité portant sur l’éducation et la prévention du VIH/sida. Elle pourra soutenir la personne qui témoigne au besoin.
    • L’intervenant.e et la personne témoin partagent leurs sentiments et leurs impressions. On débute avec le ressenti et après on approfondit.
  • AVEC LES PERSONNES ACCOMPAGNÉES ?

    On ne peut jamais prédire comment ça va se dérouler. Même si la personne témoin est bien préparée et que les objectifs sont clairs, une simple question peut faire dévier une entrevue. Certaines personnes peuvent avoir tendance à trop parler et à orienter la discussion sur un terrain glissant.

     

    AVEC LES PROCHES DE LA PERSONNE TÉMOIN ?

    Nous privilégions l’empowerment des personnes, donc nous soutenons la personne vivant avec le VIH, mais c’est à elle de gérer les répercussions pouvant atteindre son entourage.

     

    AU SEIN MÊME DE L’ORGANISME ?

    Il est important que les propos du témoignage soient adaptés aux gens rencontrés et/ou qu’ils respectent les objectifs et le thème établi. Par exemple : lors d’une activité de sensibilisation et de prévention, la personne témoin pourrait croire à l’importance de faire peur aux jeunes pour les sensibiliser aux risques de l’infection au VIH malgré le fait que la préparation avec l’intervenante ait insisté sur une approche plus positive.

     

    RESPECTER LA DIGNITÉ DE L’INDIVIDU DANS LA DÉMARCHE D’ACCOMPAGNEMENT SOCIAL AU TÉMOIGNAGE C’EST…

    • Accepter et respecter le cheminement de la personne témoin. Cela signifie accueillir ses émotions, respecter ses limites et ses besoins en la soutenant et en l’informant tout au long du processus menant au témoignage public.
    • Dans la préparation avant le témoignage et le retour après que la communication entre l’intervenant.e et la PVVIH prend toute son importance.

     

    ENJEUX ÉTHIQUES ET SOLIDARITÉ

    • Orienter les propos de la PVVIH quand on juge qu’elle généralise son expérience personnelle à celle des autres : par exemple lors de la préparation d’une entrevue, une personne témoin avait l’intention de dire que le
      dévoilement est relativement facile et qu’il a des conséquences essentiellement positives. On lui a suggéré de dire
      au journaliste que pour elle le dévoilement était facile et positif, mais que ce n’est pas le cas pour l’ensemble des
      personnes vivant avec le VIH/sida de la région.
    • Chaque témoignage pousse tant la personne qui témoigne que l’organisme à prendre des risques : l’expérience peut être positive ou négative.